Parcours n°3 -1212

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parcours n°3 -1212

Message  Ombre le Lun 16 Mai - 21:32




C’était ce qui se rapprochait le plus de l’escrime, qu’elle avait dû pratiquer lorsqu’elle avait des cours obligatoires donnés par son père, persuadé qu’elle devait savoir se défendre. Au moins, ces quelques cours seraient toujours une base, aussi quelconque soit-elle. Et peut-être y aurait-il des corps-à-corps intéressants ? Un petit sourire flottait sur ses lèvres tandis qu’il l’accompagna choisir une lame. Il lui en proposa une légère et émoussée, aussi solide que peu dangereuse. L’arme du débutant. Il lui montra comment la tenir, lui fit assouplir ses poignets par quelques moulinets, qu’elle se souvenait avoir pratiqué auparavant. Mais elle avait des compétences à retrouver, ce ne serait pas simple de manier l’épée. Ce cours ne fut pas très intéressant, mais elle apprit l’essentiel pour réellement commencer le lendemain.
Le soir fut sympathique, elle retrouva Colours, également une guerrière, mais étrangement maniant la masse comme personne, ce qui fit beaucoup rire la Djaalins, n’ayant absolument pas supposé qu’une si petite créature manie une arme comme la masse. Mais la vivacité de Colours, alliée à son agilité, faisait d’elle une redoutable combattante. Et le soir, ce fut elle qui lui montra où se doucher, précisant que l’eau était rare et priorisée pour les cuisines. Mais la Djaalins fut heureuse de se rincer rapidement, comme elle ne l’avait pas fait depuis bien trop longtemps à son goût. Puis elles allèrent dormir.
Le lendemain, ils firent quelques passes d’armes, il voulait la placer directement face à un adversaire, pour la tester. Elle combattit un autre débutant, qui l’eut à plates coutures. Elle ne possédait ni la force, ni la technique. Mais son agilité lui permit de fatiguer bien plus son adversaire que ce qu’il avait imaginé et elle n’en fut pas peu fière. Spirit se montra intéressé par ses compétences et il promit de la faire jouer dessus. Mais comme elle manquait encore de capacités, il lui enseigna le coup d’estoc de base. L’attaque directe, mais comment se placer pour maximiser son effet tout en restant en relative sécurité. Elle se montra une élève attentive.
La journée du lendemain fut semblable. Il la fit combattre, pour lui permettre d’apprendre sur le tas mais également d’appliquer ce qu’elle avait appris la veille. Son coup d’estoc faillit fonctionner, mais l’autre le connaissait et utilisa une parade pour la contrer. Elle eut alors un étrange réflexe, non pas de reculer, mais de se rapprocher pour surprendre l’adversaire. S’il n’avait pas reculé, elle aurait été en position de frapper. Songeur, Spirit lui apprit quelques parades durant l’après-midi et la journée se termina. Shiny était fourbue mais elle adorait cette sensation de « bonne » fatigue comme aurait dit sa mère. Par contre, les courbatures, malgré les étirements que lui imposait son maître d’armes, la faisaient presque boiter.
Quelques jours après, elle avait quasiment atteint le niveau de l’autre. Elle aimait bien se battre à l’épée et elle était audacieuse, compensant son manque de force et d’expérience par la ruse, l’intelligence et la vivacité. Elle tentait toujours d’utiliser au maximum l’enseignement et de le personnaliser dès que l’occasion se présentait. Alors, pour la première fois, elle combattit directement contre Spirit. Elle s’y était préparée et voulait absolument l’impressionner.
Le combat commença classiquement. Il connaissait son style et elle le sien, puisqu’il le lui avait appris. Il avait l’expérience, elle était imprévisible. Très vite, ils furent plus sérieux, ne se contentant pas de tester simplement l’autre mais aussi d’attaquer plus audacieusement. Les épées frappaient l’une contre l’autre, les éclats du métal résonnaient dans l’arène et Shiny comme Spirit semblaient mortellement sérieux. Soudain, elle attaqua, et il para. Mais elle virevolta, parvenant à placer son épée contre une possible contre-attaque et lorsqu’il voulut poursuivre, elle refit comme au premier jour, se rapprocha, au lieu de s’éloigner. Mais elle n’était pas contre un simple Flamiris, un combattant lambda.
Lorsqu’ils se retrouvèrent l’un contre l’autre, le souffle court après le combat qu’ils venaient de mener, ils s’immobilisèrent. Leurs museaux étaient si proches, elle mourrait d’envie de l’embrasser, toute idée de combat ayant déserté son esprit. La lueur intensément blanche de son pendentif ne faisait que l’encourager. Et elle avait les yeux plongés dans les siens. Ils restèrent un moment ainsi. Personne ne les observait, rien ne pouvait rompre cet instant magique. A chaque seconde, une sorte d’intensité grandissait entre eux et elle sentait que le moindre mouvement serait décisif. Ou il se reculait et tout reprenait son cours, ou il avançait et elle l’embrasserait.
Ce fut malheureusement – à ses yeux – le premier qui devint réalité. Ils reculèrent tous deux d’un bond, le souffle court. Entre le combat et les émotions qui venaient de les traverser, c’était difficile de rester de marbre. Et s’ils ne se connaissaient pas depuis très longtemps, chacun sentait que la réalité qu’elle lui avait assénée, à savoir « tu es mon âme sœur » était vraie. Elle était tremblante mais décidée à se reprendre. Soudain, il planta son épée dans le sable. Elle baissa la garde qu’elle avait tant bien que mal repris et il avança vers elle d’un pas décidé. Puis il la prit contre lui et l’embrassa passionnément, le baiser dont elle avait tant eu envie. Il murmura :
- Je ne sais pas vraiment ce qu’il se passe entre nous, mais je crois que nous en avions autant envie l’un que l’autre.
Et elle lui rendit son baiser avec ardeur en réponse.
Le lendemain, ils s’entrainèrent comme si rien ne s’était passé la veille. Elle fut soulagée de ne pas avoir à changer de professeur ou quoi que ce soit du genre. Mais elle évita de combattre trop souvent de la même manière. Elle en avait envie, mais ce n’était pas le meilleur moyen de progresser. D’autant plus qu’à côté ils développaient une proximité qui l’emplissait de joie. Chaque jour passant, ils apprenaient à se connaître, chaque moment passé ensemble les rapprochaient et la chose devint concrète un soir qu’ils étaient attablés avec Colours. Elle avait innocemment demandé :
- En fait, depuis combien de temps vous sortez ensemble ?
Spirit avait pâli, elle rougi. La Stoufix avait éclaté de rire avant d’expliquer :
- Tu la couves du regard et tu sembles la considérer comme le Soleil qui éclaire Aydo’h. Je pensais que vous étiez ensembles depuis longtemps. Mais si ce n’est pas le cas, je m’excuse.
- Non, ne t’inquiète pas. A vrai dire, c’est le cas, mais cela s’est fait si progressivement que je n’avais pas réalisé que c’était désormais officiel.
C’était le Flamiris qui avait répondu et Shiny lui lança un regard où se mêlaient amour et bonheur. Il lui sourit en retour et Colours rigola. Elle était pleine de bonne humeur et d'enthousiasme, Shiny l’appréciait beaucoup.
Les jours passèrent. Cristal était revenue et Shiny avait redirigé ses explications vers le Conseil qui lui avait demandé de repartir, mais avec des objectifs plus précis. Ils se félicitaient de sa présence et la petite fée, bien qu’appréciant peu d’être utilisée, aimait aider son amie. De plus, sa présence lui donnait de l’importance. Alors elle s’était à nouveau envolée vers Tour d’Astisian. Shiny, elle, se sentait de plus en plus intégrée à ce petit groupe de rebelles. Il lui arrivait de trouver le temps long loin des siens, mais ils savaient que sa quête pouvait être longue et ne s’inquiétaient pas outre mesure. Elle leur avait tout de même envoyé une lettre pour les rassurer, au cas où. Ils ignoraient comment la joindre alors c’était à elle de les contacter. Un jour comme les autres, il lui sembla qu’un genre d’agitation, de nervosité s’emparait de ses amis. Un a un, ils eurent moins de temps disponible et les sourcils froncés par l’angoisse. Elle finit par les interroger sur la source de leurs ennuis mais elle récolta un regard compatissant et un « Nous t’expliquerons plus tard. » qui l’agacèrent et l’inquiétèrent.
Elle finit par comprendre qu’il se passait effectivement quelque chose en voyant des armes plus souvent, en les voyant en prendre soin et commencer à accumuler des réserves. Leur combat approchait et ils s’y préparaient. Pour elle, une grande question se posait : voulait-elle en faire partie ? Se sentait-elle suffisamment impliquée pour risquer sa vie à leurs côtés ? Après tout, maintenant qu’elle avait trouvé Spirit, plus rien ne la retenait loin de chez elle, si ce n’était l’Ancien et le Conseil qui apprécieraient peu de voir une combattante formée par leurs soins s’en aller avec un excellent soldat. Spirit était peu gradé mais très reconnu pour ses compétences.
Les jours passants, il lui fut autorisé de partir. Ils avaient petit à petit accordé leur confiance, à la voir discuter avec Colours et se battre avec Spirit. S’ils se voulaient meilleurs que le roi, ils ne pouvaient pas opprimer ceux qui les suivaient. Mais on lui posa une condition avant, qu’elle avait acceptée sans hésiter. Elle allait donc participer à une action. Un combat. Une bataille. Elle leur devait quelque chose pour l’avoir formée et nourrie des semaines durant, cela lui semblait donc juste de risquer sa vie une fois pour eux. Elle n’en était pas ravie pour autant. Elle participa alors aux préparations, luttant avec plus d’ardeur encore dans l’arène, en prévision du jour où son adversaire voudrait réellement sa mort. Pour sauver sa vie, elle devrait en prendre. La cruelle vérité de la guerre l’attristait.
Quelques mois plus tard, une ombre obscurcissait la plaine. L’espace dégagé était idéal pour une bataille. Honorablement, ils avaient averti le roi de leur décision. Ou bien il les battait. Ou bien ils lui prendraient son trône. Il ne leur avait pas répondu, mais à la date dite, deux lignes brisaient l’harmonie de la plaine. Face à face, angoissées, apeurées, décidées. Ils savaient que le statut quo durerait quelques jours avant que se déchaîne la violence. Et à la fin, un seul camp resterait. Gothicat était un monde relativement paisible et Shiny n’aurait jamais imaginé faire un jour partie d’une des plus grandes batailles. Mais comme la majorité du peuple était pacifiste, les armées qui se faisaient face n’étaient guère nombreuses. La guerre ne durerait pas mais n’en serait que plus dure.
Elle n’était heureusement pas en première ligne. Le stress l’avait rendue malade la veille et ils préféraient de toute façon garder de bons éléments pour faire une percée dans leurs défenses. Mais Spirit était plus exposé qu’elle, ce qui ne lui plaisait guère. Elle était en train d’angoisser tout en respirant aussi profondément que possible pour calmer la boule qui lui tordait le ventre. Soudain, un cor résonna dans l’air pur et le silence, ainsi rompu, ne reviendrait qu’à la prochaine accalmie. Aussitôt que le bruit résonna, elle sursauta. Chacun se mit prudemment en mouvement, prit de la vitesse en effaçant la peur de leurs esprits. Une volée de flèches passa au-dessus de leurs têtes, ils se protégèrent et les leurs ripostèrent. Ceux qui n’avaient pas été assez rapides tombèrent, blessés. Elle était en alerte en galopant aux cotés des rebelles. Ses ailes étaient protégées, trop fragiles pour être exposées à une telle bataille, ses points faibles étaient recouverts de métal et le reste de cuir, efficace contre les plus petites attaques mais autorisant une grande liberté de mouvement.
Le choc lui sembla résonner dans sa tête. Elle songea à Spirit en se précipitant vers l’ennemi. Elle ne les laisserait pas le tuer ni même le toucher. Et elle-même non plus. Puis lorsque ce serait fini, ils s’en iraient, couler des jours heureux ensemble. Son épée s’éleva, comme si elle était mue par une force invisible et s’abattit sur un ennemi. Aussitôt, son cri lui rendit l’usage de ses sens et elle obligea son cœur à se blinder. Pour Spirit, elle ne serait pas tendre. La seule idée que ces gens voulaient sa mort l’emplissait d’une rage incontrôlable et elle avait appris à la guider pour être plus forte. Sans cesser de se battre avec ardeur, elle cherchait la créature de sa vie. Tombant sur Colours, elles luttèrent un moment dos à dos pour se protéger. La Stoufix, d’ordinaire si joyeuse, avait un regard dur et son arme faisait des ravages impressionnants pour sa petite taille. Mais elle n’en fauchait que plus efficacement les pattes des plus grands.
Elle finit par la laisser. Son épée était une muraille de fer, protectrice et meurtrière à la fois. Elle récoltait des blessures mais ne les sentait pas. Elles étaient suffisamment bénignes pour qu’elle les ignore et se batte avec la même bravoure qu’avant. La nausée qui la tenait s’était effacée, s’était muée en une ardeur destructrice. Elle se battait pour ceux qu’elle aimait, mais avant tout pour la justice et la liberté. La sienne, bien sûr, mais celle des créatures injustement opprimées par le roi également. Une force nouvelle s’empara d’elle. Elle tuait. Inconsciente de cette réalité, son épée prenait des vies. Une pulsation au creux de son ventre effaçait tout sentiment de culpabilité et elle ne se calma que lorsqu’elle aperçut enfin Spirit. Il se battait héroïquement, cerné de toutes parts. En arrivant, elle lui évita un mauvais coup sur la queue. Son équilibre en aurait souffert et, aussi minime que soit cet acte, elle se sentit utile. Le gardant auprès d’elle, elle entreprit de le soulager d’une partie de ses adversaires. Ils avaient remarqué sa valeur et tentaient de l’abattre sans pitié. Mais elle se montrait encore plus insensible. Sa volonté de le protéger, cette rage qui avait remplacé la nausée au creux de ses reins, sa soif d’aider les créatures. Tout cela se mélangeait et elle révélait le meilleur d’elle-même. Son pendentif, caché par l’armure, illuminait par les interstices et elle avait la sensation que cette lumière approuvait ses actes. Elle ne réalisait pas leur réalité.
Le combat dura longtemps. Leurs adversaires firent des ravages impressionnants dans leurs rangs, mais ce couple formait un duo invincible et finalement, la préparation dont ils avaient profité des mois durant aidant, lorsque le silence reprit ses droits dans la plaine et que chacun se retira, les rebelles avaient gagné la bataille. Pas la guerre, mais ils avaient un net avantage. Shiny avait fait de tels ravages, contrairement à tout ce qu’on aurait pu attendre d’elle, qu’ils la placèrent dans la prochaine bataille sans lui demander son avis. Et comme elle se refusait à laisser ce qu’elle avait commencé, elle ne protesta pas. Malgré son envie de protéger sa vie et celle de son amant, elle resterait. Et elle eut raison.
Ils perdirent la suivante. Spirit avait été blessé cruellement, bien heureusement à la patte gauche ce qui fit qu’il refusa de se retirer des combats. Et ils gagnèrent la troisième, emportant la reddition du souverain par la même occasion. Lorsque la paix fut une réalité, Shiny réalisa combien de vies elle avait prises et regretta. Mais une force en elle assumait complètement ces actes. Cela avait été elle ou eux, elle aimait autant que ce soit eux, bien que la culpabilité serait désormais une fidèle compagne. Elle avait du moins gagné le droit de rentrer chez elle avec Spirit, qui avait étrangement récolté plus de blessures qu’elle. Elle s’était pourtant montrée plus téméraire et hardie, mais elle était indemne.


avatar
Ombre
Admin

Date d'inscription : 23/04/2016
Age : 20

http://gothicat-world.forumrpg.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum